A la suite de la publication de télégrammes diplomatiques confidentiels par le site Wikileaks, le quotidien Ouest France publie avec l’Ifop un sondage sur la réaction des français face à cette affaire.

Les Français apparaissent partagés face à l’action du site d’information Wikileaks mais ils sont majoritairement favorables à la poursuite des révélations : 54% des personnes interrogées pensent en effet que le site doit continuer à publier ces informations au nom de la transparence et de la démocratie,| tandis que 45% réprouvent ces publications à cause du danger que cela peut entraîner pour la diplomatie et la sécurité.
Le détail des résultats révèle des clivages intéressants au sein de la société française : le soutien à Wikileaks apparaît en net recul avec l’âge.  Alors que 67% des moins de 35 ans approuvent l’action du site, seuls 54% 50-65 ans la soutiennent. Et les proportions aux âges extrêmes sont encore plus significatives : chez les 18-24 ans, le soutien à Wikileaks s’élève à 73% alors qu’il s’effondre à 35% auprès des séniors de plus de 65 ans.
L’âge n’est pas le seul facteur clivant, les plus modestes sont également plus favorables à la divulgation des documents confidentiels que les classes supérieures. Parmi les inactifs, les ouvriers et les employés, le soutien à Wikileaks est compris entre 60 et 66% alors qu’il atteint seulement 50% chez les cadres supérieurs et les professions libérales.
Enfin, l’orientation politique influe également sur la réponse des personnes interrogées. Les sympathisants de gauche sont nettement plus favorables à l’action de transparence du site (65%) que les sympathisants UMP qui s’y opposent à 70%. Les plus enclins à soutenir Wikileaks se trouvent parmi les extrêmes : 78% des sympathisants de LO ou du NPA, 76% de ceux du Front de Gauche (contre 59% au PS) et 70% des sympathisants FN appellent de leurs vœux la poursuite de la divulgation des documents.