La Fondation pour l’innovation politique soutient la publication de l’ouvrage Les fusillés (1940 – 1944) publié aux Éditions de l’Atelier.

« BLUM Léon, Lucien : né le 2 octobre 1879 à Vesoul, fusillé comme otage le 16 septembre 1941 au Mont-Valérien ; retraité ».

« OLIVIER Lucette : née le 5 juin 1924 à Nyons (Drôme), abattue par une patrouille allemande le 14 juillet 1943 au Teil (Ardèche) ; ouvrière en soie ; militante des Jeunesses communistes ; médaillée de la Résistance à titre posthume ».

« LINARD Marcel : né le 31 juillet 1920 à Paris (XVe arr.), fusillé comme otage le 9 mai 1942 à Clairvaux (Aube) ; ajusteur ; militant communiste ».

« PIERRE Thérèse, Madeleine : née le 5 novembre 1908 à Epernay (Marne), morte sous la torture en octobre 1943 à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; professeure ; militante syndicaliste CGT et communiste de la Meuse ; résistante en Bretagne ».

« RUFF Camille : né le 27 juillet 1898 à Strasbourg (Basse-Alsace annexée), mort par suicide en prison le 9 juillet 1942 à Offenbourg (Bade, Allemagne) ; fondé de pouvoir à Strasbourg (Bas-Rhin) ; résistant, chef de l’organisation gaulliste Bareiss pour le secteur Strasbourg-Campagne, arrêté le 3 juillet 1942 ».

« WEISLER Gertrud [alias Gombert] : née le 6 juillet 1918 à Vienne (Autriche), guillotinée le 16 décembre 1943 en Allemagne ; mécanicienne en fourrure ; militante du Travail allemand (TA) ».

Ces extraits font partie des nombreuses et émouvantes biographies de ceux qui furent fusillés en France entre 1940 et 1944, et remémorées dans cet ouvrage. Ils étaient communistes, gaullistes, socialistes, syndicalistes, ou bien tout simplement patriotes ; juifs, chrétiens, ou libres-penseurs. Certains étaient des résistants actifs, d’autres furent arrêtés en raison de leurs origines, de leur engagement militant ou de leur refus de l’Occupation. Tous subirent jusqu’à en perdre la vie l’appareil répressif mis en place par les occupants nazis, les fascistes italiens et les autorités vichystes. Leurs parcours, d’une extrême diversité, convergent le plus souvent vers un but commun : lutter contre la barbarie.

Ce livre rappelle les conditions de leur arrestation et de leur exécution et retrace l’itinéraire, leur vie, leurs engagements.

Fruit d’un exceptionnel travail d’historiens, cet ouvrage rend aux fusillés de la Seconde Guerre mondiale un hommage citoyen. Ils sont présents dans nos mémoires.
En soutenant cet ouvrage, la Fondation pour l’innovation politique veut encourager le travail de mémoire et l’œuvre de transmission de notre histoire commune aux générations futures.

Il est divisé en trois parties:

  • La biographie des fusillés
  • La biographie des femmes exécutées
  • La biographie des morts sous la torture et des suicidés

Ce dictionnaire biographique a été rédigé par un collectif d’une centaine d’auteurs, sous la direction de Claude Pennetier (directeur du Maitron, chercheur CNRS/CHS Paris-I), Jean-Pierre Besse (1949-2012, historien), Thomas Pouty (historien), Delphine Leneveu (CRHQ-UCBN/CNRS). Il s’inscrit dans la collection Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social.