La Fondation pour l’innovation politique s’est associée à la Fondation de l’Islam de France et à l’ONG internationale AISA pour organiser une table ronde sur l’Émir Abd el-Kader (1808 – 1883), figure de l’Islam moderne, humaniste et conciliateur de son temps.

La table ronde était composée de Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, Jean-Pierre Chevènement, président de la Fondation de l’Islam de France, Mustapha Chérif, ancien ministre algérien et islamologue, Ahmed Bouyerdene, chercheur associé à l’Institut de recherches et d’Études sur les Mondes arabes et musulmans, Yousra Ouizzane, membre de l’Aumônerie militaire musulmane et Issam Toualbi-Thaâlibî¸ directeur de la chaîne UNESCO pour les Droits de l’homme et la Culture de Paix à l’Université d’Alger.

Les discussions s’appliquaient à saisir la pensée de l’Émir, en retraçant son histoire et ses relations avec ses contemporains, aussi occidentaux et qu’orientaux. Sa pensée religieuse était retranscrite dans un projet politique de rapprochement et de réconciliation des contraires, ayant pour objectif de « réparer les déchirures », dans un contexte de vives tensions autour de l’Empire ottoman, alors en phase de déclin.

Précurseur du respect des droits de l’Homme, il défendait cette idée fondamentale de diversité dans l’unité, ce qui précisément caractérise l’Humanité, sous l’angle des monothéismes, qui, pour lui, « forment une et même religion, apparue aux Hommes de façons différentes ». Il représente ce modèle de dialogue permanent et de vivre-ensemble comme impératif moral voire existentiel, qui a marqué à la fois l’histoire de France et celle de l’Algérie, et plus globalement l’histoire universelle.

Sa philosophie intemporelle trouve écho dans l’époque contemporaine, les tensions du présent pouvant être « réparées » par la mise en pratique de ses idées, plus que jamais d’actualité. Comme l’a souligné Issam Toualbi-Thaâlibî en s’adressant aux jeunes présents dans l’audience : « Il faut faire attention à ce que l’on trouve sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux. Quand on lit que les musulmans sont supposés haïr les juifs et les chrétiens, cela est loin de la parole d’Abd el-Kader ».

Live de la conférence "L’Émir Abd el-Kader: un modèle de rapprochement entre l’Orient et l’Occident", organisée par AISA ONG, la Fondation de l'Islam de France et la Fondation pour l'innovation politique.

Publiée par Fondation pour l'innovation politique sur Mercredi 12 décembre 2018