Voici les résultats des vagues 2 et 3 de notre indicateur de la protestation électorale, lancé en septembre 2019 dans la perspective de la prochaine élection présidentielle. La vague 2 de cette enquête (du 23 au 31 janvier 2020) a pris place dans le contexte d’une vive crise sociale et politique mêlant la persistance de la contestation des Gilets jaunes avec une opposition manifestante à la réforme des retraites.

Le contexte de la vague 3 (du 7 au 11 septembre 2020) est celui d’une conflictualité suspendue, ou remisée, sous l’effet de la dimension alors principalement sanitaire de la crise induite par la pandémie de Covid-19. Cette vague 3 s’inscrit dans le prolongement de l’expérience collective inédite du confinement, entre le 17 mars et le 11 mai 2020, puis d’une reprise des contaminations et la crainte d’une seconde vague épidémique.

Chaque cycle de crise se surajoutant au précédent, la question se pose de savoir comment cette agitation, inédite par sa forme anomique et par l’intensité dont elle se montre capable, va trouver à s’exprimer dans les mécanismes de l’élection présidentielle de 2022. Notre indicateur veut aider à comprendre et à anticiper les contours de ce futur scrutin présidentiel, sans oublier que le plus grand rendez-vous politique des Français est également un scrutin aux conséquences européennes.

L’indicateur de la protestation électorale a été conçu par la Fondation pour l’innovation politique et l’enquête est administrée par l’institut OpinionWay. Pour chaque vague, le questionnaire est administré auprès d’un échantillon de plus de 3 000 personnes inscrites sur les listes électorales.

Les résultats de la vague 1 ont donné lieu à une première publication (octobre 2019) disponible ici. Voici maintenant les résultats de la vague 3 avec lesquels nous présentons également ceux de la vague 2 dont nous avions reporté la publication en raison du confinement.

L’ensemble des données de cette enquête sont disponibles en open data sur data.fondapol.org.