En Australie, la politique de la direction des assurances maladies privées vise à assurer un équilibre durable entre le système public et le système privé. Défendue par toutes les composantes de l’échiquier politique – de la gauche (Labor) à la droite (Liberals) –, cette politique consensuelle constitue un parfait exemple de système mixte public-privé.Au centre du système public, le système Medicare constitue une offre universelle de soins médicaux dans les hôpitaux publics, permettant aussi  l’accès aux médecins généralistes et spécialistes, un accès subventionné, et presque gratuit pour certains groupes de la population – notamment les populations pauvres et âgées. Ce système exige toutefois une contribution financière du patient,  dont il peut être exonéré dans quelques cas, afin de réduire le gaspillage des ressources médicales.
Du côté du système privé, le gouvernement australien règlemente les frais d’inscription des assurances maladie, tendant à modérer les demandes d’augmentation des compagnies assurances. Dans le même sens, le gouvernement du centre-droit (1996-2007) a introduit un certain de nombre de réformes du système privé – prévoyant ainsi une subvention de 30% des frais d’inscription au régime d’assurance maladie, et une réduction des frais pour ceux qui s’y inscrivent avant l’âge de 30 ans.