Le 17 mars 2011, le gouvernement du Québec dirigé par le Parti libéral du Québec (PLQ) du Premier ministre Jean Charest, un parti de centre droit assez proche des milieux d’affaires, fait une annonce déterminante lors du dépôt du budget 1 : une hausse de 75 % sur cinq ans des droits de scolarité dans l’ensemble des universités québécoises qui prendrait effet l’année suivante. Ces droits allaient donc passer de 2 168 à 3 798 dollars canadiens (1 650 à 2 890 euros) entre 2012 et 2017. Cette augmentation était présentée par le gouvernement comme un rattrapage basé sur l’indexation au coût de la vie depuis 1968, année où le gouvernement du Québec avait fixé des droits de scolarité relativement bas. Cette décision allait mener à l’une des crises sociales les plus importantes vécues au Québec au cours des dernières décennies. Pour la régler, le gouvernement libéral a principalement utilisé deux stratégies : des négociations avec les étudiants ou leurs représentants, ou bien des mesures coercitives très vigoureuses. À la suite des élections générales de septembre 2013, le nouveau gouvernement formé par le Parti québécois (PQ), un parti de centre gauche, a tenté de mettre fin à cette même crise. Par la concertation des acteurs impliqués et des propositions de compromis, il s’agissait d’établir une dynamique gagnant-gagnant parmi l’ensemble de ces acteurs. Le but de cette note est d’expliciter les différentes stratégies gouvernementales ayant visé à régler la grève étudiante du « printemps érable » et la crise sociale qui l’accompagnait.

 

Sortir d’une grève étudiante : le cas du Québec par Jean-Patrick Brady et Stéphane Paquin by Fondapol

Télécharger la note Sortir d’une grève étudiante : le cas du Québec par Jean-Patrick Brady et Stéphane Paquin