On débat beaucoup, dans les pays occidentaux, du déclassement relatif et de l’inquiétude des classes moyennes, tandis que dans les pays émergents, en Inde, au Brésil et en Chine notamment, des classes moyennes seraient en expansion rapide. D’une certaine façon, il y aurait des dynamiques de « moyennisation » dans les pays en développement et des dynamiques de « démoyennisation » dans les pays du Vieux Monde. L’expression « classes moyennes émergentes » désigne ces catégories qui s’affirment, statistiquement et politiquement. Les définitions et les évaluations de leur taille varient grandement. Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), on compterait – dans un intervalle de revenus qui va de 10 à 100 dollars de pouvoir d’achat quotidien par tête – 1,8 milliard de personnes dans cette situation (pour plus de la moitié en Europe et en Amérique du Nord). Mais on pourrait en décompter plus de 3 milliards en 2020 (alors situées, pour plus de la moitié en Asie). S’il faut prendre avec précaution l’estimation de ces volumes, ce sont les tendances qui comptent. Cette éclosion des classes moyennes émergentes, avec des aspirations à la démocratie et à la consommation, bouleverse l’ordre du monde. Cette note de Julien Damon, intitulée Les classes moyennes dans les pays émergents fait suite à une première série de travaux sur les classes moyennes en France.

 

Note Julien Damon Les classes moyennes dans les pays émergents by Fondapol

 

Télécharger la note de Julien Damon : Les classes moyennes dans les pays émergents