Aujourd’hui, en France, le handicap touche de manière directe ou indirecte 12 millions de citoyens. Dès lors, comment expliquer que la présence des personnes en situation de handicap dans le milieu professionnel, à l’école ou dans les médias soit encore anecdotique ?

C’est un paradoxe très français : à vouloir protéger des personnes jugées trop faibles, nous avons fini par les exclure de nos vies et les rendre invisibles en nous persuadant que nous faisions collectivement de notre mieux. La mise à l’écart des personnes handicapées de notre société procède de dogmes culturels, économiques et politiques, dogmes que nous devons sereinement analyser et remettre en question. Et ce d’autant plus que la société française est prête à ce changement ; le sujet du handicap est désormais beaucoup moins tabou qu’il ne l’était auparavant. Il est temps pour la société d’évoluer et de se transformer afin d’offrir aux personnes en situation de handicap la considération et les réponses nécessaires à leur épanouissement. Si un Français sur cinq vit le handicap, tous sont néanmoins concernés.

Cette note a été écrite par Sophie Cluzel, secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des Personnes handicapées.