Le 24 octobre 2007 se tenait la conférence « Les technologies de l’homme », troisième manifestation du cycle « Innovation scientifique, innovation politique : l’humain en question », dirigé par le professeur Jean-Didier Vincent, à laquelle participaient James HUGHES, professeur au Trinity College (Hartford, Connecticut), directeur exécutif de l’Institut pour l’éthique et les techniques émergentes, membre du Groupe de travail sur l’éthique et les technologies de l’université de Yale, ancien directeur exécutif de la World Transhumanist Association, et François BERGER, professeur à l’université Joseph-Fourier de Grenoble, directeur de l’unité Nanomédecine et cerveau de l’INSERM et membre du comité d’éthique du réseau européen des nanobiotechnologies Nano2Life.Animée par Alexei GRINBAUM, chercheur au CEA-Saclay, directeur adjoint du Groupe de recherche et d’intervention sur la science et l’éthique (GRISE), cette conférence abordait la question des nouvelles possibilités pour l’homme offertes par les NBIC (nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives), et les questions d’éthique qui en découlent.