Accueil Fondapol » Fondapol TV » Concurrence » Interview d’Emmanuel Combe auteur de la note « Les vertus du low cost aérien »

Interview d’Emmanuel Combe auteur de la note « Les vertus du low cost aérien »

par , le

La concurrence est-elle dangereuse ? L’opinion selon laquelle elle ne bénéficie qu’aux consommateurs et nuit aux producteurs et à l’emploi s’est largement répandue. Emmanuel Combe, auteur de la note Les vertus cachées du low cost aérien répond aux inquiétudes qu’elle peut susciter, en utilisant l’exemple concret du low cost aérien.  Professeur d’économie à l’université Paris-I et à l’ESCP Europe y analyse les effets de l’arrivée des compagnies à bas coût sur les prix, la qualité des produits ou encore la situation de l’emploi.

2 réponses à Interview d’Emmanuel Combe auteur de la note « Les vertus du low cost aérien »

  1. pierre delong dit :

    version corrigée de quelques erreurs d’accord

    « il se saurait y avoir de low cost au rabais »

    c’est la phrase clé
    aujourd’hui le droit du consommateur et le droit du travail SONT au rabais

    - le droit du consommateur : on l’a vu au moment de l’éruption volcanique de juin 2010, Ryanair n’a été condamnée qu’en Italie et pour une somme dérisoire rapportée à son chiffre d’affaire et aux sommes détournées par le non respect du droit . Lorsque le problème est de plus faible envergure, il est toujours très difficile pour les consommateur de faire valoir ses droits. En cas de problème, la plupart des clients jettent l’éponge. Aujourd’hui il est plus rentable de frauder que de se conformer au droit.

    - le droit du travail : une différence de charges exorbitante existe entre la France et les pays où sont basées les principaux lowcosteurs. Le droit du travail Français est toujours contourné en basant les personnels dans le pays le moins disant social et en faisant une rotation plus fréquente des personnels opérant en France. Sans parler des conséquences sociales en matière de précarité sur la vie privée des intéressés, ce différentiel de charges est la raison pour laquelle aucune low cost française ne peut émerger. Dans ce domaine également il est plus rentable de frauder que de se conformer au droit en vigueur qu’il est de toutes façons facile à contourner, compte tenu de l’état du droit européen. N’oublions pas que le droit syndical (le droit de former et d’appartenir un syndicat) est banni en Irlande.
    Air France, que vous ne nommez pas, a recours à une croissance externe en créant ou en intégrant des filiales basées en irlande comme city jet ou au royaume uni avec VLM. Jugez-vous acceptable politiquement que le groupe AF-KLM établisse son siège au Pay-Bas (ce qui occasionnerait plusieurs centaines de millions d’euro d’économies fiscales) et base ses personnels embarqués en Irlande ?

    par ailleurs, comment justifier le chantage aux subventions exercé par ryanair ? à Beauvais, sa base principale en France, c’est de l’ordre de 50 € par passager qui sont dépensés par les collectivités locales sous le prétexte de développer l’emploi local. Ces 50€ représentent une partie non négligeable du différentiel de coût avec le transporteur traditionnel basé à Roissy qui au contraire est un aéroport particulièrement coûteux. (c/f le cours de l’action ADP depuis son introduction). Cette pression sur les subventions est fructueuse puisqu’on peut découvrir que le total des subventions annuelles reçues par Ryanair en Europe représente pour cette entreprise le double de son bénéfice.

    Vous passez ces aspects sous silence ou très rapidement, votre argumentaire est à sens unique, c’est d’une concurrence déloyale car non libre et faussée dont vous faites l’apologie. Si on prend en compte ces points, on n’arrive pas à votre conclusion.

    un élément de réflexion :
    http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/666596/ryanair-une-hotesse-raconte.html

  2. pierre delong dit :

    « il se saurait y avoir de low cost au rabais »

    c’est la phrase clé
    aujourd’hui le droit du consommateur et le droit du travail SONT au rabais

    - le droit du consommateur : on l’a vu au moment de l’éruption volcanique de juin 2010, Ryanair n’a été condamné qu’en Italie et pour une somme dérisoire rapportée à son chiffre d’affaire et aux somme détournées par le non respect du droit . Lorsque le problème est de plus faible envergure, il est toujours très difficile pour les consommateur de faire valoir ses droits. En cas de problème, la plupart des clients jettent l’éponge. Aujourd’hui il est plus rentable de frauder que de se conformer au droit.

    - le droit du travail : une différence de charges exorbitante existe entre la France et les pays où sont basées les principaux lowcosteurs. Le droit du travail Français est toujours contourné en basant les personnels dans le pays le moins disant social et en faisant une rotation plus fréquente des personnels opérant en France. Sans parler des conséquence sociales en matière de précarité sur la vie privée des intéressés, ce différentiel de charges est la raison pour laquelle aucune low cost française ne peut émerger. Dans ce domaine également il est plus rentable de frauder que de se conformer au droit en vigueur qu’il est de toutes façons facile à contourner, compte tenu de l’état du droit européen. N’oublions pas que le droit syndical (le droit de former et d’appartenir un syndicat) est banni en Irlande.
    Air France, que vous ne nommez pas, a recours à une croissance externe en créant ou en intégrant des filiales basées en irlande comme city jet ou au royaume uni avec VLM. Jugez-vous acceptable politiquement que le groupe AF-KLM établisse son siège au Pay-Bas (ce qui occasionnerait plusieurs centaines de millions d’euro d’économies fiscales) et base ses personnels embarqués en Irlande ?

    par ailleurs, comment justifier le chantage au subvention exercé par ryanair ? à Beauvais sa base principale en France, c’est de l’ordre de 50 € par passager qui sont dépensés par les collectivités locale sous le prétexte de développer l’emploi local. Ces 50€ représentent une partie non négligeable du différentiel de coût avec le transporteur traditionnel basé à Roissy qui lui est un aéroport particulièrement coûteux. (c/f le cours de l’action ADP depuis son introduction). Cette pression sur les subvention est fructueuse puisqu’on peut découvrir que le total des subventions annuelles reçues par Ryanair en Europe représente pour cette entreprise le double de son bénéfice.

    Vous passez ces aspects sous silence ou très rapidement, votre argumentaire est à sens unique, c’est d’une concurrence déloyale car non libre et faussée dont vous faites l’apologie. Si on prend en compte ces points, on n’arrive pas à votre conclusion.

    un élément de réfection :
    http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/666596/ryanair-une-hotesse-raconte.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>