Quelles sont aujourd’hui les aspirations de la jeunesse française ? Quel regard porte-t-elle sur la famille, l’emploi, la société ? Ces questions, traitées par l’enquête internationale Les Jeunesses face à leur avenir publiée par la Fondation pour l’innovation politique (janvier 2008) ont fait ressortir la morosité et le pessimisme des jeunes Français. Comment l’expliquer ? À l’heure où l’on s’apprête à célébrer les 40 ans de Mai 68, que reste-t-il de l’envie de changement des jeunes générations, de leurs espoirs et de leurs ambitions ?Le mercredi 30 janvier 2008 se tenait la table ronde « D’où vient le malaise de la jeunesse française ? », à laquelle participaient Olivier Galland, sociologue, directeur de recherche au CNRS, François de Singly, professeur de sociologie, directeur du Centre de recherche sur les liens sociaux CNRS-université Paris-Descartes, Raphaël Wintrebert, chargé de recherche à la Fondation, et animée par Anna Stellinger, directrice des recherches économiques et sociales à la Fondation.