Accueil Fondapol » Politique 2.0 » Administration : une révolution culturelle par les outils

Administration : une révolution culturelle par les outils

par , le

La prolifération d’applications numériques réalisées par des citoyens est la démonstration effective de ce que peut apporter réellement leur engagement dans la gouvernance d’une ville, d’une région ou d’un pays. Pour des municipalités qui gèrent de petits budgets, les citoyens sont une source d’innovation technologique à faible coût. Les concours qu’elles peuvent lancer pour créer des applications d’intérêt général ne doivent pas seulement viser la transparence mais aussi l’efficacité des services. Il s’agit d’une part de faciliter la vie quotidienne des particuliers et d’autre part de contribuer à améliorer la compétitivité des acteurs économiques.Il ne suffit pas pour une administration de s’équiper en matériel informatique et en logiciels. Il faut surtout qu’elle  montre à ses interlocuteurs qu’elle est à leur écoute, en particulier à l’écoute des acteurs économiques. Ces derniers ont une perception négative de l’administration qu’ils jugent rétive aux usages des technologies d’information et de communication et encore en retrait des méthodes d’administration électronique. À cet égard, l’étude ICT for city management menée en mars-avril dernier par The Economist Intelligence Unit a montré que les entrepreneurs souhaitent davantage d’interaction avec les administrations, voire entre les administrations elles-mêmes qui souvent s’ignorent et travaillent en « silo bureaucratique ». L’opacité est selon eux un obstacle à la compétitivité.
Biggest barriers to competitiveness
Si les infrastructures sont importantes, il faut encore se convaincre que ce sont les interactions entre les acteurs qui doivent permettre de simplifier les procédures et d’éviter les redondances. Il y a donc une vraie nécessité à mettre en relation les administrations car chacune d’elle n’a que peu d’idée de ce que font les autres.
Certaines villes ont bien réussi leur entrée dans les usages innovants des technologies d’information et de communication. Vienne en Autriche a été à l’avant-garde de l’innovation car depuis 2009, on peut voir fonctionner une application d’information en temps réel sur les transports, Qando, téléchargeable sur mobile. Munich a équipé les milliers d’employés municipaux d’ordinateurs et d’outils de collaboration : intranet, calendrier en ligne, wikis pour partager les connaissances. Les investissements réalisés ces dernières années par la ville ont pour objectif d’accroître l’efficacité des services municipaux et de baisser les coûts d’organisation, entre autres en tendant vers le zéro papier, et d’améliorer les services rendus aux citoyens et aux entreprises. Dans le même temps, depuis 2004, la ville a opéré la migration de son système informatique en open source.
Surtout, pour aider les administrations à changer de culture, il faut leur procurer des outils simples et adaptés. Une solution a été mise en place très récemment aux Etats-Unis pour inciter les administrations à dialoguer entre elles et bien entendu, avec les citoyens. Il s’agit d’une plateforme accessible aux agents des États fédéraux, citizen.apps.gov, qui propose aux administrations de créer leur compte et d’utiliser ensuite les applications : blog, wiki, forums de discussions, concours… Cette plateforme réduit les coûts d’installation des sites et permet la  mutualisation de la maintenance. Elle est surtout un bel exemple de simplicité.

Claude Sadaj

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>