En matière d’open data, les Etats Unis sont à la pointe. C’est ce que nous prouve le maire de Chicago, Rham Emanuel, qui vient de signer un décret à la suite duquel les services de la ville publieront des ensembles de données d’information publiques, sous leur contrôle, et assureront leur mise à jour sur une base régulière. Ce décret établit le leadership national de Chicago en données ouvertes. Le maire a également créé, dans le même temps, un poste de directeur général des données (CDO) dont le rôle consistera à mettre en œuvre la politique d’ouverture des données d’information de la ville et à améliorer ainsi les processus de décision et de management des personnels municipaux. Ce travail sur les données publiques sera conduit en collaboration avec des représentants des services de la ville et des administrations connexes.

Rham Emanuel vient de rappeler officiellement que c’est en instaurant «une administration ouverte et transparente, qu’il sera possible aux habitants de la ville de rendre leur gouvernement responsable, et d’avoir une plateforme pour la création d’outils innovants qui amélioreront la vie de tous les résidents».

Le CDO, en l’occurrence Brett Goldstein, qui est aussi commissaire du Département de l’innovation et de la technologie, a voulu réaffirmer de son côté, qu’en libérant des données pour les résidents et en particulier pour les informaticiens, il serait dorénavant possible de résoudre les problèmes les plus complexes de la ville et de surmonter les obstacles administratifs et techniques. Il a assuré qu’ «avec toutes ces technologies vivantes qui se développent à Chicago, la communauté des jeunes entreprises saura mettre en valeur la richesse des données publiques et créera des applications qui permettront non seulement d’améliorer et de multiplier les services publics mais favorisera aussi l’engagement du public dans l’administration municipale ».

Et pour preuve de l’utilité de ces données publiques, les habitants de Chicago peuvent d’ores et déjà obtenir une foule d’informations pratiques en consultant le portail data.cityofchicago.org. Parmi les applications proposées, il en est une qui donne l’état du trafic routier quasiment en temps réel. Ce sont environ 500 km de route qui y sont analysées. Les habitants peuvent également avoir accès aux adresses utiles pour tous les dossiers environnementaux, une carte des lieux de recyclage des déchets, une base de données des signalements de véhicules abandonnés, les zones d’attribution (ou de restriction) de licence pour les débits de boisson alcoolisées…

La ville de Chicago s’est engagée dans une diversité de projets qui montrent une forte volonté d’innover :

  • « citywide data », un projet lancé avec le concours du centre de recherches Chapin Hall  de l’université de Chicago, financé à hauteur de 300 000 dollars par la Fondation Mac Arthur. « Citywide data » a pour objectif de collecter sur une seule plateforme toutes les données utiles à l’amélioration des services opérationnels municipaux et aux prises de décision ;
  • « MetroChicagoData.org », un projet associant 3 niveaux de gouvernement, la ville, le comté et l’Etat de l’Illinois. Ici, il s’agit d’apporter sur un site commun les données publiques des différentes administrations pour accroître l’efficacité des services, encourager l’esprit d’innovations et permettre l’accès à des informations vitales. MetroChicagoData.org a été classé dans le top 15 des innovations gouvernementales en 2012 par le journal InformationWeek spécialisé dans les technologies numériques ;
  • « Cities.Data.Gov », un site de données et d’applications pratiques pour la vie quotidienne, réalisé en partenariat avec le gouvernement fédéral, New York, San Francisco et Seattle ;

Enfin, en septembre dernier, le maire a signé un partenariat avec « Code for America »  pour mettre en application un programme de participation citoyenne dans la ville, basé sur le système « Open311 » qui permet à chaque personne de signaler par téléphone des problèmes ponctuels dans une ville (détérioration de la chaussée, de mobilier urbain, dépôts d’ordures etc. – avec photo à l’appui, de solliciter l’intervention des services et de recevoir un mail quand l’intervention a été effectuée.

Mais le plus remarquable à Chicago, est encore le portail de la ville, réputé pour la richesse de ses informations. C’est un cas exemplaire en terme de transparence gouvernementale. On peut y trouver les budgets détaillés de la ville, la liste des titulaires des marchés publics, ainsi que les prix et les types de prestations réalisées. On peut y consulter surtout le nombre, le nom et le salaire des personnes qui travaillent dans les différents services. Dans les municipalités américaines, les contribuables considèrent qu’ils ont le droit de savoir exactement où va leur argent.

Claude Sadaj