Accueil Fondapol » Politique 2.0 » Les citoyens finlandais font les lois

Les citoyens finlandais font les lois

par , le

Dans la plupart des pays démocratiques, les lois sont élaborées par les représentants élus du peuple. Mais en Finlande, les technologies numériques sont en passe de faire évoluer ce modèle en rendant la démocratie beaucoup plus directe. A partir de cette année, le gouvernement finlandais pemet une «initiative citoyenne», par laquelle les électeurs peuvent proposer de nouvelles lois – à la condition d’obtenir le soutien d’au moins 50 000 de leurs concitoyens dans une période de 6 mois. Ensuite, l’Eduskunta (le Parlement finlandais) est amené à voter sur la proposition.

Cette manière de légiférer en direct et en mode crowdsourcing », a très vite débouché sur la création d’une plateforme numérique qui s’est simplement nommée « ministère ouvert » (open ministry). Elle a été approuvée par le  gouvernement et elle est opérationnelle depuis le 1er octobre. L’instance nationale qui assure la sécurité des communications a expertisé le code source de la plateforme, son dispositif de sécurisation des données personnelles et les modalités de son hébergement. C’est ainsi que pour la vérification des identités des participants, la Finlande a pu recourir à la coopération des banques et des opérateurs de téléphonie mobile qui ont mis gratuitement à la disposition des utilisateurs leurs systèmes d’authentification, marquant de la sorte leur engagement dans une politique de responsabilité sociale. Tout citoyen contributeur de la plateforme peut s’identifier à l’aide de ses codes bancaires ou de son téléphone mobile. Les premières propositions de loi sont assez concrètes : interdiction du commerce de fourrure, référendum sur le statut des boissons énergisantes, accès systématique au code source des logiciels grand public etc..

Cette forme de démocratie directe relève d’une culture sans doute spécifique à la Finlande ou aux pays froid (selon quelques analystes du fonds finlandais pour l’innovation ), où les populations sont ouvertes, ont davantage l’esprit civique et sont enthousisates à l’idée de faire bouger la société. On sait que l’Islande, par exemple, a rédigé partiellement sa constitution selon la méthode du crowdsourcing.

En Finlande, où il y a un vrai esprit civique et un goût pour les technologies, on est très performant dans le domaine des données ouvertes (open data). Voici quelques exemples : mise en oeuvre du projet « Helsinki région Infoshare » qui collecte et diffuse les données municipales, création d’APIs qui permettent à tous de passer en revue les comptes de campagnes politiques, numérisation des archives nationales finlandaises par la population.
Ce sont ces activités collaboratives qui instaurent un climat de confiance entre les citoyens et le gouvernement et qui sont stimulantes par leur caractère entièrement libre et bénévole.

Claude Sadaj


Une réponse à Les citoyens finlandais font les lois

  1. Jenny dit :

    Bonjour, cher Monsieur Dominique Reynié,
    Bonjour Fondapol,

    Onkiva rovasti, joka on kiva rovasti, onki varovasti … dominical.

    Jenny.
    28.10.2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>