Dans un entretien au FigaroVox paru le 17 octobre 2014, sur le thème : » Qui sont les «pauvres» dont parle Emmanuel Macron ? », Julien Damon dresse l’état des lieux des inégalités qui se creusent en France.

FigaroVox : Les propos d’Emmanuel Macron sur «les pauvres» et les autocars ont déclenché la polémique tandis qu’un sondage d’ATD Quart Monde France révèle que les Français sont de moins en moins tolérants avec les plus démunis. Mais qui sont aujourd’hui «les pauvres» en France? La misère progresse-t-elle?

Julien Damon : Au regard de l’indicateur le plus communément employé, la pauvreté monétaire relative (définie comme la part des individus vivant avec moins de 1000 € par mois), 14% des Français sont pauvres. On peut également définir les pauvres comme l’ensemble des bénéficiaires des prestations sociales créées spécialement pour eux: les minimas sociaux (le RSA, l’allocations pour les adultes handicapés, ou le minimum vieillesse). 3,6 millions de personnes touchent actuellement ces prestations ; autrement dit, si l’on élargit à leurs familles, c’est au total 6,5 millions de personnes qui vivent grâce à ces minima sociaux, soit 10% de la population.

Toutefois, il serait faux de dire que la misère progresse: elle n’a en réalité pas véritablement augmenté depuis 20 ans. Elle a même baissé, dans les années 1970-1980, et s’est stabilisée entre 13 % et 14 % de la population. Le taux a continué à baisser, par exemple, entre 2011 et 2012. Ce constat, surprenant, est lié à l’indicateur employé. Celui-ci est fonction du revenu médian. Or comme le niveau de vie médian a baissé, le seuil de pauvreté a baissé et donc le taux de pauvreté. C’est assez absurde, mais l’indicateur retenu est à la baisse quand les problèmes (augmentation du niveau du chômage, baisse du niveau de vie) sont à la hausse!

Il faut ajouter que les enquêtes qui déterminent ces chiffres ne prennent pas les sans domicile fixe en compte: l’INSEE se base sur les ménages, c’est-à-dire sur les logements. Toutefois, quand bien même ces personnes seraient intégrées dans les études, le taux ne changerait quasiment pas: on compte 150 000 personnes sans domicile, en France, en 2012, autrement dit qui dorment dans la rue ou dans des centres d’hébergement. Ce nombre, bien que révoltant en soi, est trop faible pour faire augmenter sensiblement le taux.

La pauvreté a surtout changé de visage: autrefois, le pauvre était âgé, issu d’une famille nombreuse, et habitait dans une zone rurale. Aujourd’hui, il est jeune, vient d’une famille monoparentale, demeure en zone urbaine et ne parvient pas à s’insérer sur le marché du travail.

FigaroVox :  La France est-elle toujours un pays riche?

Julien Damon : Absolument. La pauvreté, contrairement à ce qu’affirment les discours misérabilistes et déclinistes, n’explose pas. De plus, les Français restent solidaires, généreux et tolérants vis-à-vis des pauvres. Ils ne sont pas d’abord critiques envers ces personnes, mais plutôt envers les politiques sociales, constatant leur inefficacité: chaque année, ainsi, malgré l’augmentation des moyens alloués à cette lutte contre la misère, le taux de pauvreté reste le même.

Ceux qui affirment que la pauvreté explose se basent à mon sens sur deux idées. D’une part, ils établissent un lien entre le chômage et la pauvreté: comme le premier augmente, le second suit, à leurs yeux, le même chemin. D’autre part, le fait que la pauvreté soit désormais plus visible va dans leur sens. La pauvreté est incontestablement plus visible car, ces dernières années, elle a continué à rajeunir, à s’urbaniser et à se concentrer géographiquement.

FigaroVox : Vous avez écrit plusieurs ouvrages sur les classes moyennes. Celle-ci existe-elle toujours? Les inégalités de richesses sont-elles de plus en plus criantes?

Julien Damon : Comparons notre situation avec celle des États-Unis. La classe moyenne américaine s’est effondrée, depuis la crise, et a subi une forte baisse des salaires médians et moyens, tandis que la classe moyenne française a résisté à la crise jusqu’en 2012. Depuis, les personnes se situant dans cette classe moyenne à la française connaissent des difficultés, en partie dues à notre système socio-fiscal qui leur est défavorable: les individus de la classe moyenne ne sont effectivement pas assez pauvres pour bénéficier des minimas sociaux, trop modestes pour vivre forcément confortablement et pas assez riches pour bénéficier des réductions fiscales.

Les inégalités, quant à elles, et contrairement à ce qu’on en dit, restent stables depuis 20 ans. Toutefois, à l’instar de la pauvreté, elles se transforment: on constate ainsi aujourd’hui des inégalités entre les secteurs du privé et du public, entre les centre-villes et les zones urbaines sensibles.

FigaroVox : Selon 71% des sondés par ATD Quart Monde les pauvres obtiendraient des aides plus facilement et pour 63% d’entre eux les minima sociaux encourageraient à l’oisiveté. Cela correspond-il à une réalité? En quoi?

Julien Damon : Ces résultats confirment ce dont nous parlions: les Français ne critiquent pas les pauvres eux-mêmes, mais plutôt les systèmes destinés à les aider, dont ils constatent l’inefficacité. Les Français, contrairement aux Américains, ne diront pas que les pauvres ne doivent leur situation qu’à leur paresse. Ils blâmeront plutôt les failles structurelles du système.

La fraude et les profiteurs existent bien entendu. Ils restent minoritaires par rapport à l’ensemble des personnes pauvres. On constate toutefois une exaspération plus importante des Français vis-à-vis de ces abus.

FigaroVox : Sommes-nous finalement en train d’assister à un début de guerre des pauvres?

Julien Damon : Les États-Unis célèbrent cette année le 50ème anniversaire de la guerre contre la pauvreté du président Johnson, dont les résultats furent spectaculaires, même si certains estiment aujourd’hui que la pauvreté l’a emporté. Cependant, alors qu’on a basculé, en Amérique, de la guerre contre la pauvreté à la guerre contre les pauvres, en France, le lien social et la solidarité demeurent solides.

Notre système est cependant de plus en plus critiqué, notamment du fait de la diversification de la population française. Dans certains pays, les politiques sociales sont généreuses et acceptées par tous car la population est homogène, tandis que dans d’autres pays, où la population se diversifie, l’État providence est de plus en plus critiqué. On donne toujours plus facilement à notre voisin lorsque celui-ci nous ressemble…

Julien Damon est professeur associé à Sciences Po où il enseigne au sein du cycle « urbanisme » et membre du conseil scientifique de la Fondation pour l’innovation politique.