INFOGRAPHIE – Les Français estiment que la présidentielle révèle plus les personnalités des candidats que les mesures qu’ils prendraient en cas de victoire.

Le cru 2017 ne restera pas comme une grande année dans l’histoire des campagnes présidentielles. L’étude de la Fondation pour l’innovation politique réalisée par Harris Interactive, que nous publions, témoigne de la sévérité du jugement des électeurs. S’ils n’en sont pas à dire que «la campagne sent mauvais», comme François Hollande l’a confié au Monde, leurs critiques n’épargnent personne. Ni les candidats eux-mêmes, ni les médias.

«Alors que c’est l’une des campagnes les plus longues que l’on ait connues sous la Ve République, puisqu’elle a quasiment commencé en juillet, elle est considérée comme ratée et décevante», résume Jean-Daniel Lévy. Selon le directeur du département politique et opinion d’Harris Interactive, les Français pointent un échec à plusieurs niveaux. Jugée «pas satisfaisante» par 81 % des sondés – soit tout de même 7 points de moins qu’il y a un mois – la campagne présente selon eux un défaut dirimant : elle laisse de côté les enjeux fondamentaux. 70 % des sondés jugent que le débat électoral n’aborde pas «les solutions aux problèmes rencontrés par la France», 75%, qu’il ne permet pas aux candidats «de bien savoir ce qu’attendent les Français». «Normalement, rappelle Jean-Daniel Lévy, une campagne est un moment d’échange. Là, le processus d’aller et retour n’a pas bien fonctionné.»

À quoi ou à qui est due cette friture sur la ligne ? «Quand on interroge les individus, explique Jean-Daniel Lévy, ils disent très clairement que c’est la thématique des affaires qui a phagocyté la campagne. Mais je ne relève pas d’acrimonie vis-à-vis de François Fillon. Il n’est pas considéré comme ayant “plombé” la campagne.»

La faute aux médias, alors ? Divine surprise : seuls 27 % des Français les incriminent, alors que 49 % d’entre eux jugent que si la présidentielle n’est «pas intéressante, c’est surtout à cause des candidats ». Les électeurs potentiels de François Fillon se distinguent de cette opinion générale, puisque 71% d’entre eux, soit une écrasante majorité, rendent les médias responsables du manque d’intérêt de la campagne. 70% les accusent même de maltraiter leur candidat.

Ce chiffre explique le climat agressif vis-à-vis des journalistes qui règne dans les meetings de François Fillon. Son discours antimédias rencontre une large adhésion dans le socle de ses fidèles. En revanche, alors que Marine Le Pen accuse encore volontiers la presse de la «diaboliser», ses électeurs potentiels sont beaucoup plus partagés : 45 % lui donnent raison, mais 43 % estiment qu’elle est plutôt «bien traitée».

À l’autre bout du spectre, 56 % des électeurs potentiels d’Emmanuel Macron jugent qu’il est «bien traité par les médias». Paradoxalement, 55% des électeurs potentiels de Jean-Luc Mélenchon ont le même sentiment vis-à-vis de leur champion, qui affiche son mépris pour les «hyènes» à carte de presse, comme il les a appelés le 18 mars en marge d’un «C à vous». 41 % de l’ensemble des sondés estiment qu’il bénéficie d’un parti pris des médias en sa faveur, soit 21 points de plus en un mois. De quoi mettre à mal ses efforts pour se présenter comme le plus «antisystème» des prétendants en lice!

«Un souci démocratique»

Autre grief important à l’encontre de la campagne : si 56 % des personnes interrogées reconnaissent qu’elle leur a permis de se faire «une idée sur les candidats», la même proportion lui reproche de les laisser dans l’incertitude sur les programmes. Les deux débats télévisés organisés avant le premier tour, l’un avec les cinq candidats les mieux placés dans les sondages, l’autre avec les onze protagonistes de la présidentielle, n’ont rien changé à cette frustration, malgré d’excellentes audiences. Résultat : 60 % des Français considèrent que «la campagne ne les aide pas» à arrêter leur choix.

Elle ne les éclaire même pas sur les premières mesures que prendraient les candidats s’ils étaient élus, à une exception près : le cas d’une victoire de Le Pen. C’est le seul scénario dans lequel les sondés qui ont le sentiment de savoir à quoi s’attendre sont plus nombreux que ceux qui l’ignorent, à 49 % contre 43 %. Les premières mesures que prendrait François Fillon n’apparaissent pas de manière claire, à 51 % des personnes interrogées. Son projet ayant bénéficié d’une large publicité, y compris négative de la part de ses adversaires, qui en critiquent la «radicalité», comment expliquer ce doute? Pour Jean-Daniel Lévy, «il concerne davantage la marge de manœuvre effective dont François Fillon disposerait s’il était élu que le contenu de ses propositions».

Quant à Emmanuel Macron, «un quart des Français et 50% des électeurs qui disent vouloir voter pour lui affirment ne pas savoir ce qu’il ferait s’il était élu, note le directeur politique et opinion d’Harris Interactive. Concernant le “favori” de la présidentielle, ça pose un souci démocratique.»

Ces raisons convergent pour que le taux d’indécis atteigne des niveaux inédits dans tous les sondages d’intentions de vote, même s’il tombe à 29 % dans l’enquête de la Fondapol, soit 5 points de moins que le mois dernier. 43 % des sondés affirment que la campagne n’a «pas modifié leur choix initial». 22 % seulement disent en avoir changé. Il reste huit jours avant le premier tour.