Le propos Voici un travail dense comme aime à les produire la Fondation pour l’innovation politique. Deux notes sur le transport aérien européen reviennent sur la situation pré-Covid (faite de grandes compagnies iconiques mais problématiques, et d’une effervescence du low cost) et les perspectives post-Covid probables (densification du low cost, révision des modèles des opérateurs historiques). A court terme, avec des flottes presque intégralement clouées au sol, c’est de survie qu’il s’agit. A moyen terme, consolidation, recomposition et concentration sont envisageables. Dans le respect des règles des autorités de concurrence.

Intérêt Les deux cosignataires, Didier Bréchemier (associé chez Roland Berger) et Emmanuel Combe (professeur d’économie), font, à l’orée d’une crise majeure, oeuvre utile. Le low cost représentait un quart du marché en 2009, il en fait largement plus du tiers dix ans plus tard. Généralement en meilleure situation financière que leurs concurrentes, dont les plus importantes seront sauvées par les Etats, les entreprises du low cost sont en position plus favorable. Pour continuer à innover et pour redécoller économiquement.

Retrouvez l’article sur Les Echos, ici.