Alors que les élections municipales se dérouleront les 15 et 22 mars prochains, deux livres très différents l’un de l’autre dressent pourtant un même constat au vitriol du phénomène du clientélisme politique dans plusieurs villes de France, et de ses conséquences sur la gouvernance des territoires.

Municipales : banlieue naufragée du romancier Didier Daeninckx se présente comme un pamphlet, mais offre aussi un bilan littéraire sur le parcours d’un écrivain engagé, longtemps proche du Parti Communiste, forcé de quitter sa ville, Aubervilliers. Le Maire et les Barbares est le fruit d’une enquête d’Eve Szeftel, journaliste à l’AFP, et décrit les méthodes qui ont permis à l’actuelle municipalité de Bobigny de prendre le contrôle de la ville après des décennies de gestion communiste.

Ce que ces deux livres ont en commun n’est pas seulement de situer tous deux dans le département de la Seine-Saint-Denis.

C’est aussi de nous permettre de revenir sur les élections municipales de 2014, année qui, avec le recul, pourrait bien apparaître comme une charnière – celle qui a précédé les grands attentats, celle aussi au cours de laquelle un certain nombre de pratiques politiques clientélistes ont atteint leur apogée.

Marc Weitzmann s’entretient avec Didier Daeninckx, écrivain et auteur notamment de Artana ! Artana ! (Gallimard, 2018), Gilles Clavreul, fondateur du mouvement Printemps républicain, Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique et Eve Szeftel, journaliste à l’AFP, autrice de Le Maire et les Barbares (Albin Michel, 2020).

 

Retrouvez l’émission dans son intégralité, ici.