Pour toutes les communes de plus de 1.000 habitants, la Fondation pour l’innovation politique a mis au point un outil qui permet de simuler les résultats des élections municipales, en s’appuyant sur des sondages.

Idée. Dans la collection des outils proposés par les think tanks à l’occasion des élections municipales, je demande le simulateur. La Fondation pour l’innovation politique, dans sa mission de pédagogie démocratique, a ainsi créé un module de simulation en ligne. L’exercice est rendu possible dans toutes les communes de plus de 1.000 habitants. Il consiste à faire des hypothèses sur le 1er tour, en s’appuyant sur des sondages, des intuitions ou des désirs. Par la suite, il faut imaginer la disparition, le maintien ou la fusion des listes. De nouvelles hypothèses de votes portent alors sur les reports. Pour finir, la victoire et la répartition des sièges apparaissent.

Intérêt. « Outil de politologie pour tous », comme le présente le site, l’opération permet de jouer pour apprendre, réviser et imaginer. Apprendre comment fonctionne vraiment ce scrutin local. Réviser, en reprenant les résultats de 2014. Imaginer en supputant des stratégies, des alliances et des trahisons. Un tel algorithme serait plus compliqué pour les élections dans les villes de moins de 1.000 habitants, à scrutin autorisant le panachage individuel des candidats. En tout cas, pédagogiquement et stratégiquement, l’application est réussie.

Simulateur accessible sur municipales2020.fondapol.org