La Fondation pour l’innovation politique souhaite relayer l’action de l’Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) au sujet du nouvel arrêté sur l’interdiction du maïs MON 810. En conséquence, nous partageons avec vous ce communiqué de presse publié le 18 mars 2014.
Le Gouvernement vient de faire paraître un nouvel arrêté interdisant la culture du maïs génétiquement modifié dénommé MON 810. Pour l’Association Française de Biotechnologies Végétales, (AFBV), cet arrêté  ne repose sur aucun argument scientifique nouveau comme le montre l’analyse scientifique des nouveaux articles cités en référence par l’arrêté. Cet arrêté n’est donc pas plus recevable que le précédent qui a été cassé par le Conseil d’Etat.

Ainsi, contrairement à ce qu’avance l’arrêté, la culture de semences de maïs Mon810 ne présente pas de risques particuliers pour l’environnement, en tous cas pas de risques supplémentaires par rapport aux variétés conventionnelles. Mais surtout ces maïs Bt permettraient de lutter sur notre territoire, sans produit chimique de synthèse, contre la pyrale et la sésamie, insectes nuisibles qui peuvent être à l’origine du développement de mycotoxines cancérigènes pour l’homme. Ainsi le gouvernement interdit la culture de maïs MON 810 qui offrirait une solution écologique intelligente dans les zones de présence de ces insectes.

Créée en juin 2009, l’Association Française des Biotechnologies Végétales (AFBV) est une association (loi 1901) à but non lucratif. Indépendante et apolitique, l’AFBV est composée de chercheurs, d’enseignants-chercheurs, d’académiciens, d’anciens directeurs d’Instituts de recherche, d’agronomes, d’agriculteurs, de techniciens agricoles et de responsables d’organisations professionnelles agricoles. Son statut indique qu’elle « a pour but de mieux faire connaître les biotechnologies végétales et d’évaluer leurs intérêts et leurs risques, que ce soit sur le plan agronomique, scientifique, environnemental et économique ». L’AFBV s’intéresse aux différentes applications par biotechnologies végétales, en tenant compte des objectifs de développement durable.