A l’occasion de son premier anniversaire, l’Opinion lance une grande pétition nationale, un Pacte de prospérité. Elle propose de s’engager sur sept grandes priorités pour libérer l’entreprise et le travail, restaurer la confiance et moderniser le pays. Retrouvez ci-dessous la tribune de Dominique Reynié en faveur du travail dominical.

Tribune de Dominique Reynié parue dans L’Opinion le 29 avril 2014.

Des touristes étrangers qui visitent Paris au cours de la semaine rejoignent Londres pour le week-end car ils savent qu’ils pourront dépenser des milliers d’euros dans les commerces qui y sont ouverts le dimanche. Ironie du sort, souvent, ils seront accueillis par des Français venus à Londres parce que l’on y travaille plus aisément. Accepterons-nous encore longtemps de nous priver de telles ressources ?

Chez nous, les salariés ne rejettent pas le travail dominical : ils redoutent l’obligation, ce qui est différent. Le débat sur le thème du travail dominical devient possible dès lors que sont prévus des mécanismes de compensation, sous la forme d’une rémunération majorée et sous la forme d’un aménagement du temps hebdomadaire de travail afin de conserver deux jours de repos.

La Fondation pour l’innovation politique recommande de réformer en profondeur le droit du travail, notamment afin de permettre de travailler le dimanche aux personnes qui le désirent ou qui en ont besoin. Bien sûr, le travail dominical doit se faire sur la base du volontariat ; il doit être compensé par deux journées de repos au cours de la semaine si le salarié ne travaille pas le samedi.

Le développement du travail le dimanche favorisera l’accès à l’emploi des étudiants, des jeunes actifs, ceux qui n’ont pas une famille à charge, leur assurant au passage un avantage comparatif sur leurs aînés. Il en va de même, symétriquement, pour les seniors dont les enfants ont depuis longtemps quitté la maison. Le travail dominical fournira aux entreprises une raison nouvelle de recruter des jeunes actifs et de ne pas se séparer des seniors. Favorisant l’emploi, allongeant la durée d’utilisation du capital investi et contribuant à une atmosphère plus favorable à l’entreprise, l’extension du travail dominical sera l’une des sources de la nouvelle croissance.