La Fondation pour l’innovation politique vous recommande l’article paru sur le blog de Jacqueline Hénard, Et si l’Allemagne sortait de l’euro ?.

Ce soir, lundi 11 mars, un nouvel horizon s’ouvre pour tous ceux, nombreux, qu’agace le comportement de l’Allemagne dans la crise actuelle: un groupe d’universitaires, d’économistes et de journalistes allemands de premier plan projette de créér un parti anti-euro qui se présenterait dès les prochaines élections législatives du 22 septembre 2013. La première réunion est prévue ce soir dans la banlieue de Francfort, le congrès fondateur le 13 avril 2013 à Berlin.
Ce nouvel horizon est-il le bon pour l’Europe, pour l’Allemagne et pour les autres? Une chose est sûre: l’annonce change la donne. Jusqu’ici, l’idée que l’Allemagne quitte la zone euro, afin de rétablir les équilibres en Europe, était propagée surtout par des intellectuels et universitaires non-allemands. En Allemagne-même, elle circulait dans l’espace public, dans une optique légèrement différente, mais sans support sur lequel se cristalliser. Ses porte-paroles étaient connus mais isolés. Désormais, ils se constituent en courant de pensée et se dotent d’institutions afin de ralier un malaise palpable.
Qui sont-ils? L’économiste Bernd Lucke (50 ans), l’ex-journaliste Konrad Adam (70), l’ex-politicien Alexander Gauland (71), l’ex-président du lobby industriel BDI, Hans-Olaf Henkel (72), le constitutionaliste Karl-Albrecht Schachtschneider (72), bon nombre de professeurs d’économie en activité et encore plus d’universitaires et d’hommes politiques à la retraite figurent parmi les premiers signataires de la „Alternative für Deutschland“ (alternative pour l’Allemagne). L’ébauche d’appareil fédéral compte nombre d’entrepreneurs de PME. Mais dans leur majorité, les signataires sont issus d’un milieu sociologique bien particulier et clairement circonscrit: le « Bildungsbürgertum » une bourgeoisie traditionnelle qui connaît ses humanités, la musique classique et les principes de macro-économie.

Lire la suite sur le blog de Jacqueline Hénard


Crédit photo : Flickr_shioshvili