La Commission a annoncé le 26 septembre 2006 sa recommandation pour l’adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie en 2007. Le choix fait par la Commission de se prononcer en faveur de ces adhésions tranche dans un débat entre paramètres politiques et règles matérielles du processus d’adhésion. L’approche de la Commission tend à prouver que ces pays auront de meilleures chances de mener à bien les réformes à l’intérieur de l’Union qu’à l’extérieur. On peut néanmoins s’interroger sur la teneur politique à attribuer à l’avis de la de la Commission. Finalement, la controverse que ces adhésions suscitent montre que la politique d’élargissement est aujourd’hui utilisée, à tort, comme la cause de la « panne d’inspiration » du projet européen.