Le système électoral proportionnel favorise-t-il réellement l’accès des femmes aux mandats électoraux ? Cette étude de Corinne Deloy, chargée d’études à l’Observatoire interrégional du politique, vient nourrir le débat actuel sur les modes de scrutin : pour elle, le système électoral proportionnel est un facteur essentiel favorisant l’accès des femmes aux mandats électorauxEn 2005, 12,3% des députés français sont des femmes. En 2004, ce chiffre plaçait déjà notre pays à l’avant-dernier rang de l’Europe des Quinze – seule l’Italie faisant moins bien que nous – au 18 ème rang de l’Europe des Vingt-cinq et au 64 ème rang mondial. Après avoir dressé le tableau de la présence des femmes au sein des partis politiques et des assemblées élues en Europe, Corinne Deloy hiérarchise les facteurs propices à la féminisation des candidatures. Le système électoral proportionnel apparaît comme le mécanisme le plus efficace. La sélection des candidats par les militants au niveau local, l’introduction de lois électorales paritaires, l’adoption de quotas par les partis politiques et l’influence des organisations de femmes faisant partie de la société civile contribuent également à créer un environnement propice à la représentation des femmes en politique.
Il existe dans l’Union européenne deux systèmes électoraux principaux : le système majoritaire, uninominal ou plurinominal, et le système proportionnel. De fait, la grande majorité des Etats européens dans lesquels les femmes constituent plus de 30% des élus de la Chambre basse du Parlement ont adopté un système proportionnel.