La progression constante du nombre et de la position des femmes sur le marché du travail est l’un des changements les plus fondamentaux intervenus dans les pays occidentaux au XXème siècle, et plus précisément après la seconde guerre mondiale.En 2000, en France, 80% des femmes entre 25 et 49 ans sont actives, contre moins de la moitié (41,5%) en 1962. Dans l’Union européenne, le taux d’emploi des femmes en âge de travailler s’établit en 2002 à 55,6%, contre 72,8% pour les hommes. Entre 1993 et 2003, la hausse de l’emploi féminin a été dix fois plus importante que celle de l’emploi masculin. Cette évolution est due à deux causes majeures : l’élévation constante du niveau d’études des femmes et la durée croissante de leur temps de travail – elles sont moins nombreuses à s’arrêter de travailler pour cause de maternité et travaillent de plus en plus souvent, comme les hommes, durant toute leur vie active. L’aspiration des femmes à une indépendance financière et à l’épanouissement qu’apporte le travail d’une part, les transformations de la société, particulièrement dans le domaine du couple et de la famille, d’autre part, ont largement contribué au développement de l’activité féminine. Cependant, si les femmes ont massivement investi le marché du travail, il leur est encore difficile d’accéder à certains emplois, principalement aux postes à responsabilité, et les salaires qu’elles perçoivent demeurent inférieurs à ceux des hommes. Dans la sphère socioéconomique, comme au niveau politique, l’égalité entre hommes et femmes demeure encore inachevée.

Stock épuisé.