Mondialisation, libéralisme, protectionnisme, libre-échange, ces concepts souvent mal compris sont au cœur des politiques commerciales internationales et, plus largement, structurent notre modèle de développement économique et social. Dans ce Document de travail, Raphaël Wintrebert invite à expliciter les termes du débat et à clarifier les enjeux tant politiques qu’économiques et sociaux, afin de repenser les modalités d’un protectionnisme européen.Une première mise en garde pour aborder un sujet sur lequel les avis tranchés pèchent par ignorance : la mondialisation, processus de développement, n’est pas à confondre avec le libéralisme, une philosophie politique qui déborde le champ économique, ni celui-ci avec le libre-échange, qui reste une politique commerciale dont l’interprétation est souvent confisquée par les commentaires des experts et des économistes. Il y a là un amalgame facile, souvent fait à la gauche de la gauche, qui contribue à la confusion. Après cette clarification nécessaire de la terminologie, qui permet de comprendre que mondialisation et libéralisme peuvent aller de pair avec une restriction du libre-échange, l’auteur préconise l’établissement d’un bilan précis des politiques commerciales, destiné à la puissance publique, qui manque d’informations fiables et précises pour évaluer, au-delà de la seule discipline économique, les effets de l’internationalisation des processus productifs. L’auteur met aussi en garde contre l’opposition réductrice entre libéralisme et protectionnisme. Elaborer au niveau national et européen une doctrine de sécurité économique relève du politique à qui il revient de promouvoir un modèle de développement auquel adhèrent les citoyens. Pour le dire autrement, la libéralisation du commerce ne peut se faire en Europe sans respecter les valeurs et normes fondamentales que sont les clauses sociales et environnementales, ce que l’autorégulation du marché est incapable de faire par elle-même. L’Europe peut proposer là une voie inédite entre compétitivité et impératifs normatifs qui sont partie prenante de son identité. Une voie ambitieuse dont dépend notre modèle de développement économique et social à venir.