A l’initiative de la Fondation pour l’innovation politique et de Notre Europe, un groupe de 13 think tanks européens s’est constitué pour présenter des recommandations concrètes au nouveau trio des présidences française, tchèque et suédoise de l’Union qui prendront leurs fonctions successivement à partir de juillet 2008. Ces orientations portent sur les grands dossiers stratégiques de 2008-2012 : mise en œuvre du Traité de Lisbonne, préparation d’une stratégie de compétitivité Lisbonne III, révision budgétaire, élections européennes et renouvellement de la Commission européenne en 2009, ou encore échéance du protocole de Kyoto en 2012.Ce texte se concentre sur une période clé pour l’avenir de l’Union (juillet 2008 – décembre 2009), période qui correspond au cycle des trois présidences du Conseil des ministres de l’Union, exercées successivement par la France, la République tchèque et la Suède. Les vingt-sept États membres auront à mettre en œuvre, durant cette période, le traité de Lisbonne, engager la révision du cadre financier pluriannuel de l’Union, préparer les négociations d’un nouveau protocole portant sur le réchauffement climatique, définir la stratégie de compétitivité de l’Union au-delà̀ de 2010, etc. Ces treize think tanks se sont mobilisés à l’initiative de la Fondation pour l’innovation politique et du think tank français Notre Europe pour présenter une série de recommandations pratiques̀ à l’attention des trois futures présidences de l’Union. Ce texte insiste sur la nécessité de prendre davantage en compte les nouveaux défis que constitue pour l’Union européenne la transformation profonde du contexte international. Après un demi-siècle d’attention portée en priorité à l’ajustement de politiques internes sectorielles, l’Union doit désormais coordonner ses efforts pour devenir un acteur global incontournable. Mieux défendre les intérêts des Européens et jouer un rôle de régulateur dans la mondialisation, tel est le sens de l’expression Think Global–Act European, qui suppose la consolidation – voire la révision – des politiques existantes et la mise en place de nouvelles solidarités en matière d’énergie, d’immigration, de compétitivité, de budget. Ce rapport sera discuté au « Davos de l’Est », à Krynica, ainsi que dans de nombreuses capitales européennes pendant les dix-huit mois de travail des trois présidences successives de l’Union.