À l’approche de la COP21, la Fondation pour l’innovation politique propose une note de Albert Bressand comprenant un premier volet Good COP21, Bad COP21 (1) : le Kant européen et le Machiavel chinois et ce second volet Good COP21, Bad COP21 (2) : une réflexion à contre-courant.

Trois décennies d’investissements considérables vers une économie bas carbone ne peuvent modifier que lentement les « stocks » gigantesques sur lesquels repose un système économique en pleine expansion. L’objectif de limiter le réchauffement à 2 °C ne pourra être atteint, mais la Conférence de Paris serait a good «COP21» si elle permettait de lever cinq tabous. Outre le rôle excessif de l’ONU abordé dans notre première note, il s’agit d’une fixation trop exclusive sur les énergies renouvelables, nécessaires mais insuffisantes à la réussite, et d’une condamnation en bloc des hydrocarbures qui représenteront encore les trois quarts du mix en 2035. Le quatrième tabou est le caractère prétendument exemplaire de politiques européennes disparates et souvent hors de prix, notamment l’Energiewende allemande qui ne dénonce le charbon en théorie que pour mieux s’en accommoder en pratique. Le dernier tabou est la certitude de pouvoir endiguer le réchauffement sans remise en cause des modèles de croissance pour une population qui atteindra 9 milliards d’individus, dont près de 5 milliards qui appartiendront aux classes moyennes.
Trois pistes de réflexion s’ouvrent alors : une remise en cause des objectifs de croissance comme celle que préconise le pape François, un effort de grande ampleur de géoingénierie climatique, qui sera probablement un thème des années 2030, et, à plus court terme, un surcroît de rationalité économique et diplomatique face à des politiques de transition autoréférencées et à l’irénisme européen.

L’auteur Albert Bressand est Senior Fellow, Columbia Center for Sustainable International Investment à New York, et Professor of International Strategic Management in Energy à l’Université de Groningen (Pays-Bas).

Crédit photo home : Flickr – CC – Nicolas Raymond

Octobre 2015 | ISBN : 978-2-36408-094-2 | 48 pages