Ville intelligente, smart city, open data, big data, smart mobility… Au-delà des discours marketing, il est certain que le numérique atteint désormais les fonctions majeures de la ville et jouera un rôle fondamental avec la multiplication et l’amélioration des données de mobilités disponibles, et les gains apportés sur les outils de traitement de l’information.
Des interrogations, des débats et parfois des controverses se font cependant jour : la ville intelligente se résume-t-elle au déploiement de technologies ? Quel rôle pour le citoyen et le politique ? N’y a-t-il pas un risque de perte de contrôle par le public et, a contrario de prise de pouvoir par le privé ? L’open data est-il la solution pour le développement des innovations et des nouveaux services ? La ville intelligente va-t-elle être un relais de croissance fort pour les entreprises françaises ? La ville et la mobilité seront-elles vraiment plus intelligentes avec le déploiement de ces technologies ?

Après un rappel sur le contexte historique du système de mobilité urbaine et des enjeux des métropoles européennes, cette note met en perspective l’écosystème de la mobilité numérique et présente la répartition des rôles des différents acteurs afin d’utiliser au mieux leurs atouts respectifs en vue de faire émerger une mobilité durable, source de développement économique, en usant de tout le potentiel des technologies du numérique.
De facto, le schéma proposé repose sur un financement plus important par les usagers des services de mobilité. Il place ces mêmes usagers en situation de consommateur-payeur et les responsabilise plus sur leur comportement de mobilité que des services soi-disant « gratuits », dont le financement repose in fine sur l’impôt des particuliers et des entreprises. N’est-ce pas cela aussi la ville intelligente ?

L’auteur, Jean Coldefy est expert sur les questions de mobilité urbaine.

Crédit photo home : Flickr-CC- mariordo59

Avril 2015 | ISBN : 978-2-36408-078-2 | 36 pages