Les dernières élections italiennes du 4 mars ont plongé la troisième puissance européenne dans un chaos politique, avec la victoire des eurosceptiques et la débâcle des partis traditionnels – à commencer par le naufrage de la gauche incarnée par Matteo Renzi.

Publiée quelques jours avant le scrutin, cette étude dresse un état des lieux des partis candidats et de leurs programmes, analyse les enjeux pour l’Italie et l’Europe et s’interroge sur les différents scénarios envisageables à l’issue de ce scrutin. Pays fondateur de l’Union européenne, l’Italie, engluée depuis des années dans une crise économique et migratoire sans précèdent, a progressivement basculé vers un certain euroscepticisme. Ce scrutin offrait la possibilité de clarifier le point de vue des Italiens sur l’intégration européenne et de connaître leur volonté de jouer, ou non, un rôle clé au sein de la zone euro.

Sofia Ventura est professeur associé de Science Politique à l’Université de Bologne, Département de Sciences Politiques et Sociales. Elle a précédemment écrit pour la Fondation pour l’innovation politique Où en est la droite ? L’Italie, juillet 2010, 36 pages.