Les élections législatives du 15 octobre 2017 apparaissent comme un tournant majeur dans l’histoire du système politique autrichien. Sebastian Kurz est appelé à devenir le plus jeune dirigeant au monde à la suite de la victoire de son parti, la Liste Kurz, avec 31,5 % des voix. En quelques mois seulement, Sebastian Kurz, surnommé Wunderwuzzi (« l’enfant prodige »), a donc pris la tête d’un parti à bout de souffle, l’ÖVP, a repeint sa façade – exit le noir, ancienne couleur du parti, remplacé par du bleu turquoise – et lui a donné un nouveau nom.

L’annonce par le dirigeant conservateur et le FPÖ de l’ouverture de négociations pour la formation d’une coalition de gouvernement signifie un retour possible de l’extrême droite à la cogestion du pouvoir, une première depuis dix-sept ans.

La présente note a pour objectif d’analyser les résultats de l’élection au Conseil national du 15 octobre 2017, tout en s’interrogeant sur les raisons ayant abouti à cette redistribution des cartes dans le paysage politique autrichien

Cette note a été écrite par Patrick Moreau, Docteur en histoire et docteur d’État en sciences politiques (FNSP) et chercheur au CNRS au laboratoire Dynamiques Européennes de l’université de Strasbourg.

Autriche : virage à droite by Fondapol on Scribd