La mondialisation produit trois effets qui doivent particulièrement nous préoccuper : d’abord, elle impose un accroissement du degré de concurrence entre les salariés ; ensuite, elle réduit considérablement la marge de manœuvre des États-nations ; enfin, elle conduit à une perte sans précédent du sens de l’histoire. À partir de ce constat, Luc Ferry, dans cette note qui conclue notre série sur les valeurs, voit dans la révolution qui touche la sphère privée le moyen de se réapproprier un avenir qui semble nous échapper. Cette révolution est celle de la famille moderne, fondée sur l’amour passion et sur un lien avec les enfants jusqu’alors inconnu. Ce lien nouveau fait émerger le souci des générations futures qui est devenu une question politique cruciale comme le montrent les enjeux tels que la dette publique, le choc des civilisations ou l’écologie. C’est à partir de ce nouveau foyer de sens que l’on devra désormais bâtir un programme politique digne de ce nom.

28 pages, 3€ | Janvier 2012 | ISBN : 978-2-36408-026-3