Les auteurs, Christian SAINT-ÉTIENNE, professeur titulaire de la chaire d’économie industrielle au Conservatoire National des Arts et Métiers, et Robin RIVATON, consultant en stratégie, reviennent sur les causes du déclin industriel français et mettent en avant ce qui doit constituer la priorité pour restaurer notre puissance économique : mobiliser le « capital », lequel devient ainsi l’outil majeur d’émancipation économique.

L’industrie française a été abandonnée, écartée, dans le cadre d’une vision erronée de la mondialisation qui voulait faire produire plutôt que produire soi-même. Pourtant il n’est de richesse que d’usines et la maîtrise des outils de production est bien un enjeu stratégique dans les relations économiques d’aujourd’hui. Pour comprendre les causes du déclin industriel français, il faut remonter trois décennies de l’histoire industrielle de la France. Trois vagues se dessinent, mettant en évidence des politiques macro-économiques différentes.

Si les années soixante et le début des années soixante-dix ont pu marquer un âge d’or de la politique industrielle, les années quatre-vingt sont marquées par une série d’échecs qui vont contribuer, inconsciemment, à affaiblir la vocation industrielle de la France. La seconde période va de 1985 à 1998 et correspond, de manière provocante, à une industrie abandonnée à elle-même. Paradoxalement les résultats ne sont pas moins bons car la politique générale est plutôt favorable aux entreprises. Cette décennie de réforme structurelle confère un coussin qui permettra d’atténuer la détérioration de l’industrie manufacturière dans les années 90.

C’est cette période 1998-2012 qui va se révéler le vrai révélateur de la déshérence de l’industrie française. En effet, aucun autre pays que la France, à partir de 1998, n’a mis en œuvre de façon aussi systémique et centralisé une pensée à ce point erronée que l’entrée revendiquée dans un monde post travail post industriel.

La première réponse, relativement inefficace, n’intervient qu’au début des années 2000 et est centrée sur l’innovation immatérielle et non spécifique au secteur manufacturier. Face à notre incapacité à sortir de la trappe à productivité, une seule solution : mobiliser le Kapital.

 

LE KAPITAL Robin Rivaton Christian Saint Etienne by Fondapol