Quelques semaines avant l’élection présidentielle américaine, Julien Tourreille,  chercheur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), livrait une analyse prospective sur le changement d’administration à venir et l’évolution des relations transatlantiques. Que peut-on attendre du successeur de George W. Bush sur les enjeux économiques et environnementaux du XXIe siècle ? Cherchera-t-il à se rapprocher des positions européennes, ou au contraire à s’en éloigner ?Selon l’auteur, les relations transatlantiques ne devraient pas connaître de renouveau à brève échéance. Au contraire, l’évolution des rapports de force dans l’économie mondiale ainsi que les craintes dans l’opinion publique américaine montre plaident pour un statu quo de la politique étrangère américaine vis-à-vis de l’Union européenne.