Dans le cadre d’un projet « Open government data » (OGD), la ville de Vienne, en Autriche, vient de lancer, sous l’impulsion de la « coalition rouge-verte », une initiative « open data » dans laquelle les citoyens sont appelés à renforcer leur participation et à dialoguer davantage avec les pouvoirs municipaux. Selon Sandra Frauenberger, conseillère chargée des technologies d’information et de communication à la ville de Vienne, cette stratégie « open data » a pour but d’instaurer plus largement le partage démocratique des connaissances, de développer l’innovation et de favoriser le développement économique. Des tables rondes sont d’ores et déjà organisées tous les deux mois pour permettre des discussions entre les citoyens et tous les acteurs intéressés par ces nouvelles modalités de gouvernement ouvert.

Les données de la ville disponibles au public seront continuellement mises à jour et accessibles à partir de 30 bases de données lisibles sur ordinateur. Les informations porteront sur les transports, l’économie, les statistiques et il y aura aussi des données géolocalisées. Les données personnelles resteront bien évidemment confidentielles et continueront d’être soumises aux lois relatives à la protection des données.

En pratique, les citoyens auront un accès direct à des données pratiques, comme par exemple, celles qui indiquent les zones de stationnement de courte durée, les lieux de garderies pour enfants et les hôpitaux. Un sondage en ligne sera également mis en place afin de déterminer quelles autres données seraient utiles au public.

Cette année, la ville organisera un concours ouvert à tous ceux qui auraient des idées nouvelles sur la conception d’un modèle économique lié à l’ « open data ». Ce sera l’occasion de récompenser les innovations les plus prometteuses dans ce domaine.

Ces actions menées par la ville de Vienne ont pour premier objectif la transparence. D’un point de vue économique, la ville parie sur les effets de l’innovation et sur l’exploitation de ce potentiel de données publiques. Il faut savoir que la valeur économique des données administratives en Europe est estimée à environ 68 milliards d’euros.

Une conférence « OGD2011 » sur les données gouvernementales ouvertes se tiendra à Vienne le 16 juin prochain. A cette occasion, des experts, des décideurs du secteur public, des politiques et des entrepreneurs se joindront aux citoyens intéressés pour discuter des besoins, des attentes et des réserves formulées par différents groupes sur la question de l’ouverture des données gouvernementales. Des ateliers thématiques seront également organisées dans la perspective de cette conférence.

Claude Sadaj