Le portail européen open-data.europa.eu qui a ouvert depuis quelques semaines poursuit sa construction et contient déjà près de 6000 jeux de données dont la majorité est issue de Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne. Il sera possible d’accéder, par ce portail, à des données officielles publiques provenant de tous les pays d’Europe. Ce sera un point d’accès unique avec des traductions en plusieurs langues et des informations sur les licences et les modalités de réutilisation de ces données.

L’enjeu de la réutilisation des données n’est pas toujours très bien saisi par le grand public. On peut l’illustrer avec quelques exemples d’applications conçues pour un usage de la vie quotidienne. Ainsi, si vous voulez suivre à la trace, en temps réel, l’avancée des rames du métro londonien depuis votre ordinateur (ou depuis votre téléphone portable), c’est possible sur la carte des horaires de trains et c’est l’un des exemples les plus parlants.

Vous préférez peut-être la bicyclette. Alors avant d’aller prendre un vélo à la station (toujours à Londres), vérifiez-en la disponibilité à l’un des points indiqués sur le plan de bikes.oobrien.com.

Dans un genre différent, davantage destiné aux journalistes, il est possible d’observer le classement des pays en matière de dette publique et voir quels sont les mauvais élèves qui arrivent derrière la France : l’Italie, le Portugal, l’Islande, la Belgique et l’Irlande. Cliquez sur le lien pour voir le classement des dettes publiques en Europe et dans quelques pays proches.

Enfin pour ceux qui souhaitent comparer, avec leurs voisins européens, leur perception du bonheur, c’est ici.

Voir aussi cette petite vidéo qui explique ce qu’est l’open data:


L’Open Data à la Loupe, A2BProduction et LiberTic

Claude Sadaj