Le spécialiste chinois de l’IA est désormais valorisé entre 3 et 4 milliards de dollars.

Horizon Robotics grandit à vue d’oeil. La start-up chinoise spécialisée dans l’intelligence artificielle (IA) vient de lever un milliard de dollars, ce qui la valorise entre 3 et 4 milliards.

Cofondée il y a trois ans par Yu Kai, un ancien du géant chinois de l’Internet Baidu, Horizon Robotics fournit des systèmes d’intelligence artificielle embarqués dans les voitures autonomes ou les caméras de surveillance utilisant la reconnaissance faciale. La jeune pousse, qui est basée à Pékin et est soutenue par l’Américain Intel, a notamment noué un partenariat avec le constructeur automobile Audi pour développer son programme consacré à la voiture autonome à Wuxi, dans l’est du pays.

Ambitions chinoises

Cette levée de fonds est l’une des plus importantes dans le domaine de l’intelligence artificielle et témoigne du dynamisme du secteur. « Des entreprises chinoises telles que Horizon Robotics ou sa concurrente Eyemore sont encore petites comparé aux leaders mondiaux, mais leur accès à un capital-risque abondant et le fait qu’elles bénéficient d’un soutien gouvernemental puissant pourraient stimuler leur croissance à l’avenir », analysait récemment un rapport de la banque UBS,  cité par le « Financial Times » .

Pékin affiche de grandes ambitions en matière d’intelligence artificielle. Le géant asiatique veut être le leader mondial du domaine en 2030, atteindre un niveau de subvention d’au moins 23,15 milliards de dollars d’ici à 2020 (celui de l’Union européenne est de 20 milliards d’euros mais nécessite la contribution des pays membres) et créer un marché national à 156 milliards.

Nombreux défis

La Chine « fait face à de nombreux enjeux et défis et elle a un immense besoin d’IA pour résoudre ses problèmes internes », relevait récemment un rapport du think tank libéral Fondapol sur le sujet. « Elle est pour l’instant le plus grand émetteur de gaz à effet de serre dans le monde. Elle doit aussi améliorer les services publics au bénéfice de son 1,3 milliard d’habitants, d’autant plus qu’elle est déjà entrée dans une société de vieillissement. La technologie de l’IA doit aider la Chine à relever les défis sociétaux, ce qui est dans l’intérêt de tous les Etats- du monde », poursuivait son auteure, Aifang Ma.

Mais  l’IA a également son côté sombre . C’est en effet cette technologie qui permet à des applications de noter des citoyens. Ou détecter puis humilier publiquement les personnes qui ne traversent pas dans les clous au passage piéton.