Le vote des agriculteurs lors de l’élection présidentielle de 2017 devrait être scruté de près car on observe depuis le début des années 2000 une montée notable de la popularité des idées du Front national au sein du monde agricole. En 2017, Marine Le Pen pourrait donc y effectuer une nouvelle percée spectaculaire. Or le vote des agriculteurs continue à compter, même si leur part dans la population active, et a fortiori dans la population française totale, est devenue aujourd’hui très marginale, et à pencher vers la droite et désormais de plus en plus souvent vers l’extrême droite.

Pourtant, jusqu’au début des années 2000, les agriculteurs figuraient parmi les catégories les moins sensibles au discours du Front national. Le tournant s’est opéré le 21 avril 2002, lorsque les agriculteurs ont apporté un soutien significatif à Jean-Marie Le Pen. En 2012, Marine Le Pen a également enregistré un score élevé au sein du monde agricole. Différents facteurs semblent expliquer ce phénomène : une déception des agriculteurs vis-à-vis des politiques, l’impression d’être victimes d’une mutation économique liée à la mondialisation, un sentiment de déclassement social, la perception d’une montée de l’insécurité, la progression d’un euroscepticisme et une profonde crise identitaire traversée par la profession.