Considérée comme la grande référence du modèle social-démocrate européen, la Suède a longtemps bénéficié d’une solide réputation de pays consensuel. Cependant, ce pays semble désormais confronté à des défis inédits. Il faut noter en particulier l’apparition de nouvelles formes de criminalité favorisées par le développement de zones d’exclusion sociale résultant de problèmes liés à l’immigration et à l’intégration des immigrés. Or, le débat sur ces questions est singulièrement difficile dans un pays qui répugne à reconnaître des réalités susceptibles de menacer l’image d’une société apaisée.

Une version anglaise de cette étude est également disponible sur le site de la Fondation pour l’innovation politique.

La première partie de cette note est simultanément publiée sous le titre : Les Suédois et l’immigration, Fin de l’homogénéité ?. L’auteur y montre le caractère unique de l’histoire de l’immigration en Suède. En effet, ce pays est longtemps resté une société homogène jusqu’à ce qu’une immigration récente mais massive modifie sensiblement sa composition démographique. Ces vingt dernières années, la Suède a vu la part de sa population non occidentale passer de 2 % à 15 % de la population totale, soit une progression sans précédent dans l’histoire de ce pays.

Une version anglaise de cette étude est également disponible sur le site de la Fondation pour l’innovation politique.