A-t-on encore le droit d'aimer le travail quand on est de gauche?

Sébastien le Fol | 12 septembre 2022

ÉDITO. Parce qu’il fait l’éloge du travail, le communiste Fabien Roussel est accusé de faire le jeu de l'extrême droite par la Nupes. Les travailleurs apprécieront.

Le travail est-il désormais un mot de droite ? Le prononcer suffit à vous assigner dans ce camp politique. Même quand vous dirigez le Parti communiste français, à l’instar de Fabien Roussel. « La gauche doit défendre le travail et ne pas être la gauche des allocations et minima sociaux », a déclaré l’ancien candidat à la présidentielle.

Que n’avait-il dit, le malheureux ! « On ne combattra pas la droite et l’extrême droite en reprenant leur vocabulaire », a rétorqué Éric Coquerel, député de La France insoumise et président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale. Où classerait-il donc feu Michel Rocard ? À l’extrême droite de Margaret Thatcher ?

Ancien membre du Parti socialiste, l’actuel ministre du Travail, du Plein Emploi et de l’Insertion, Olivier Dussopt, se voit aussi coller une étiquette d’homme de droite. Avec l’entretien qu’il accorde au Point, il va aggraver son cas. « Il n’y a pas d’alternative à la méritocratie et au travail, qui reste le meilleur outil de lutte contre le déterminisme social », martèle cet enfant d’ouvrier, premier bachelier de sa famille.

Roussel et Dussopt s’inscrivent pourtant dans une tradition très ancrée à gauche. Une gauche qui appelait les Français à se «  retrousser les manches » et non à se tourner les pouces.

Celle-ci critiquait les conditions de travail, mais pas l’essence du travail. Tout à son combat sociétal et woke, la gauche nupésienne crée donc sur ce sujet une nouvelle fracture au sein de la gauche, renvoyant les « travailleurs » dans le camp des nouveaux « sociaux-traîtres ».

Éloge du barbecue et de la bombance

D’ailleurs, il n’y a pas que le mot travail qu’elle place à droite. Le même Fabien Roussel s’est vu intenter un procès en droitisation pour son éloge du barbecue et de la bombance. Ne parlons même pas de ceux qui, pourtant de gauche, se disent attachés à l’ordre : à droite toute !

Cette gauche-là voit la droite partout, « jusqu’à la débusquer dans le bon sens, les vérités scientifiques, la réalité, le juste, l’évidence », note malicieusement le politologue Dominique Reynié. Et ensuite, elle s’étonne que la droite victorieuse aux élections soit partout. Mais où est donc la gauche de raison ?

 

Retrouver l’article sur lepoint.fr

Commentaires (0)
Commenter

Aucun commentaire.