Décrypter et combattre le « wokisme »

Julien Damon | 30 septembre 2021

La Fondation pour l'innovation politique consacre deux notes sur ce courant politique et sociétal, venu des États-Unis, et dont le succès va grandissant parmi les jeunes.

Idée. Le « wokisme » méritait bien deux volumes des notes de la Fondation pour l’innovation politique. Mais de quoi s’agit-il ? Le terme « woke » signifie « être éveillé ». Avatar de la postmodernité et de l’aspiration intellectuelle à tout déconstruire, le wokisme est une posture de pensée exacerbant les traits extrêmes du politiquement correct. Née sur les campus américains, avec leur bureaucratie croissante de surveillance, l’idéologie s’importe et se radicalise. Elle valorise minorités et victimes tout en critiquant vivement, jusqu’au racisme inversé, toutes les normes, supposément attentatoires à la justice sociale. Comme l’écrit l’auteur, Pierre Valentin, il peut en ressortir un « ordre woke ».

Intérêt. Face à ce nouvel ordre moral, fait de sophismes récusant le pluralisme au nom de la diversité, plusieurs options sont possibles. La caricature peut aider à ridiculiser. La simple logique peut aider à mettre en évidence les falsifications, les dangers et les aberrations. Aujourd’hui, le wokisme séduit une partie de la jeunesse. Il faut un discours et des réalisations qui ne la fassent pas verser dans ces périlleux travers identitaires.

Lire l’article sur lesechos.fr.

Pierre Valentin, L’idéologie woke. Anatomie du wokisme (1), (Fondation pour l’innovation politique, juillet 2021).

Pierre Valentin, L’idéologie woke. Face au wokisme (2), (Fondation pour l’innovation politique, juillet 2021).

Commentaires (0)
Commenter

Aucun commentaire.