"Jamais la droite n'a été à ce point dominée par sa droite", selon Dominique Reynié

Carine Bécard, Eric Delvaux | 04 septembre 2022

Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, est l'invité du week-end de France Inter le dimanche 4 septembre 2022, à l'occasion du lancement de la campagne interne des Républicains pour désigner un nouveau patron du parti.

 

Les Républicains sont réunis à Angers afin de lancer la bataille pour la présidence du parti. Un mouvement qui se cherche après la déroute de Valérie Pécresse à la présidentielle. Ce parti risque-t-il de disparaitre ? « C’est un risque réel, comme pour tous les partis dits de gouvernement« , note Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique, invité du week-end de France Inter.

Paradoxalement, les LR sont en difficulté alors que « la France est à droite, nous l’évaluons à 58 % électoralement à l’issue de la présidentielle », indique le directeur général de Fondapol. Coincé entre le Macronisme et l’extrême droite, le parti doit trouver un nouveau souffle. « Le temps passe et les électeurs qui sont tentés par le vote Macron, ou par l’abstention, par le vote Rassemblement national ou Reconquête, il faut se dépêcher de les faire revenir, sinon on les perd.« 

Le parti peut compter sur un fort ancrage local « avec un groupe qui peut jouer un rôle à l’Assemblée mais à condition d’en faire bon usage, il faut bien choisir sa stratégie« . « L’absence d’alliance des Républicains les place sous la menace de ne pas bénéficier de la fin du macronisme, qui va libérer des électeurs de droite et qu’il faudra arriver à convaincre, et la menace du RN et de Marine Le Pen qui ne cessent de prendre de l’importance sur la droite« , indique Dominique Reynié. « Jamais la droite n’a été à ce point dominée par sa droite« , souligne-t-il.

D’après lui, la droite n’a pas les capacités de rester indépendante. « Elle devrait, de manière plus ou moins formelle, faire alliance avec des macronistes sur des sujets fondamentaux, comme le budget, pour avoir une chance de compter auprès des électeurs de droite qui sont chez Macron quand il sera au terme de son mandat. »

En revanche, un rapprochement avec l’extrême droite « ça ne marchera pas » car « les électeurs LR ne s’y retrouveront pas du tout sur les questions européennes et sur l’euro ». Les LR « ne peuvent pas simplement mimer le RN pour séduire le RN, ils n’y arriveront jamais, ni simplement mimer le macronisme pour en bénéficier ».

Regarder l’émission sur radiofrance.fr.

Commentaires (0)
Commenter

Aucun commentaire.