Que pensent les Français de leurs députés ?

Aurélien Soucheyre | 25 novembre 2021

La Chambre basse a commandé une enquête, la première depuis 1985, sur son image auprès des citoyens. Les résultats indiquent quelle s’est abîmée...

À quoi servent les députés ? À représenter le peuple et voter la loi. D’où vient alors que l’Assemblée nationale est en crise ? Élus « godillots » devenus « Playmobil » soumis à l’exécutif, gouvernement qui réduit leur temps de parole et considère le Parlement comme une chambre d’enregistrement, abstention qui atteint un niveau record lors des dernières élections législatives, avec seulement 48,70 % de participation, menaces et violences à l’encontre des députés… Les signaux d’alarme se multiplient. C’est dans ce cadre que l’Assemblée a commandé une enquête, la toute première depuis 1985, destinée à faire la lumière sur la «perception du mandat et du rôle des députés » par les Français.

Réalisée par l’Institut CSA et analysée par la Fondation Jean-Jaurès et la Fondapol, elle a été présentée mardi, dans la somptueuse galerie des Fêtes du Palais Bourbon. « Je crois que nous nous endormons sur un volcan », a d’emblée lancé Richard Ferrand, citant les propos du député Alexis de Tocqueville en 1848, quelques jours avant une révolution… « Nous savons que la représentation nationale n’a pas le droit à  l’endormissement», a poursuivi le président de l’Assemblée, qui estime que « le volcan français dort rarement en effet », et que « dans notre pays un bon politique est d’abord un bon sismologue».

De la déception au mécontentement

Que dit l’enquête ? À ce jour, 59 % des Français déclarent que l’Assemblée nationale est utile. « Le comparatif par rapport à l’enquête de 1985 est particulièrement douloureux, puisqu’ils étaient 80 % à reconnaître alors l’utilité du rôle de l’Assemblée», souligne Julie Gaillot, qui a coordonné l’enquête pour l’Institut CSA. Autre élément révélateur? Le député était « l’élu préféré » de 54 % des Français en 1985. Ce n’est plus le cas que pour 35 % d’entre eux. Moins d’un tiers des citoyens disent d’ailleurs avoir été en contact avec leur député depuis le début de la mandature actuelle. Et seul un Français sur deux dit connaître son député aujourd’hui, contre 62 % en 1985. Enfin, 50 % des Français se déclarent satisfaits de leur député, un « chiffre positif » selon Gilles Finchelstein.

Le directeur général de la Fondation Jean-Jaurès s’inquiète cependant des 13 % de Français qui approuvent la violence à l’encontre des parlementaires. « Mais l’autre chiffre qui doit nous faire réfléchir, ce sont ces 60 % qui n’ approuvent pas la violence, mais disent comprendre le mécontentement qui en est à l’origine», souligne-t-il. Un mécontentement en grande partie provoqué par cette déception : les citoyens « ne rejettent pas l’action politique, mais ils en veulent plus, de façon plus utile et au plus près de leurs préoccupations », mesure Dominique Reynié. Le directeur général de la Fondapol considère même que, « s’il n’y a pas de refondation par la confiance et la compétence locale, la démocratie représentative passera par-dessus bord ».

Le sort réservé au Parlement par la Macronie a également été pointé du doigt lors des débats qui ont suivi, notamment sur LCP. Le communiste André Chassaigne a dénoncé « un travail de casse au niveau de l’activité parlementaire ». « Les députés n’ont pas été respectés. Beaucoup de lois ont été votées avec des ordonnances, qui zappent le Parlement», dénonce l’élue LR Annie Genevard. Enfin l’insoumis Bastien Lachaud retient que quatre Français sur dix jugent inutile l’Assemblée. « C’est la conclusion logique des dérives de la Ve République», insiste-t-il, alors que la monarchie présidentielle empoisonne chaque jour un peu plus notre démocratie. •

CSA Research, la Fondation pour l’innovation politique et la Fondation Jean Jaurès, Les Français et l’Assemblée nationale : Perception du mandat et du travail des députés, (novembre 2021).

Commentaires (0)
Commenter

Aucun commentaire.