Que faire pour que les entreprises européennes puissent exister dans la concurrence mondiale face aux entreprises étrangères, notamment chinoises, largement subventionnées par la puissance  publique ? Avec les instruments de défense commerciale, l’Union européenne dispose d’ores et déjà d’outils opérationnels, compatibles avec les règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour lutter, via l’imposition de droits de douane à ses frontières, contre les pratiques anticoncurrentielles étrangères. Mais, en raison notamment de divergences de vue entre États membres sur la pertinence de ces instruments, l’Union européenne dans son ensemble se protège moins efficacement que les États-Unis contre les stratégies hostiles émanant d’entreprises ou de puissances étrangères.

Cette note a été écrite par Emmanuel Combe, professeur des Universités, professeur à la Skema Business School, vice-président de l’Autorité de la concurrence, Paul-Adrien Hyppolite, haut fonctionnaire, normalien et ingénieur du corps des Mines, Antoine Michon, haut fonctionnaire, polytechnicien et ingénieur du corps des Mines.