La crise du Covid-19 va jouer le rôle d’accélérateur dans les mutations structurelles que connaît le transport aérien en Europe depuis vingt ans sur les vols intra Européens, marquées par la montée en puissance des acteurs low cost. Ces derniers disposent de moyens financiers importants et vont mettre à profit la crise pour opérer une croissance géographique et ainsi mieux mailler le continent européen. Cette expansion se fera notamment par des opérations de croissance externe, par reprise des actifs d’entreprises en faillite ou en attrition. Il faut également s’attendre à un renforcement de leur investissement sur le segment business, au travers de l’augmentation des fréquences sur de grandes lignes. De même, il est probable que les low cost vont poursuivre leur stratégie de densification du réseau, en développant une stratégie de connecting à la fois au niveau intra et extra-européen. De leur côté, les grands opérateurs historiques seront certes sauvés par leurs États mais risquent toutefois d’être marginalisés demain si ils n’accélèrent pas la transformation de leur modèle économique sur le moyen-courrier. Il y a une opportunité unique pour les compagnies historiques, et les premières annonces d’Air France-KLM, de British Airways et de Lufthansa démontrent leur prise de conscience. Il leur faudra un soutien de toutes les parties prenantes pour qu’elles parviennent à une mise en œuvre effective de ces transformations.

Cette note a été écrite par Emmanuel Combe, Professeur des universités, professeur à la Skema Business School, vice-président de l’Autorité de la concurrence, et Didier Bréchemier, Senior Partner, en charge du secteur transport et travel au cabinet Roland Berger*.