Parlé par 274 millions de locuteurs, le français est la deuxième langue la plus apprise dans le monde par 125 millions de personnes et l’une des rares langues à être enseignées sur les cinq continents, par 900 000 enseignants. Vingt-neuf pays l’ont choisie comme langue officielle. Le français est aussi la quatrième langue d’Internet, la troisième langue des affaires, la deuxième langue des médias et des organisations internationales – où la promotion du plurilinguisme est un combat permanent. Une majorité de francophones est plurilingue. L’espace francophone dans le monde représente 20 % des échanges commerciaux et 14 % du revenu brut global.

Cette aire de solidarité, de projets et d’échanges, marquée par des disparités et des complémentarités, est une réalité mondiale de Montréal à Beyrouth, d’Abidjan à Cayenne, de Port Louis à Cotonou et de Dakar à Papeete. Les potentialités de cette francophonie internationale sont remarquables. Toutefois, les francophones font face à un manque de moyens pour relever des défis importants en matière d’éducation, de mobilité, de sécurité, d’emploi et de développement durable.

Pour y répondre, les instruments de coopération, de dialogue et d’influence dont ils se sont dotés depuis près d’un demi-siècle restent à ce jour pertinents, bien que sous dimensionnés. En effet, la concurrence linguistique et les forces du monolinguisme sont puissantes. Les nouvelles technologies bouleversent l’environnement linguistique et culturel mondial. Dans ce contexte, l’avenir d’une langue semble conditionné aux opportunités qu’elle offre à ses locuteurs, aux mobilités qu’elle favorise, aux innovations qu’elle véhicule. La francophonie doit être ouverte, créative, organisée et solidaire pour demeurer attractive. De plus, des priorités claires et lisibles doivent guider l’action de ses institutions, tandis que des partenariats plus larges peuvent émerger, associant différents acteurs et coalisant davantage de moyens au service du développement. Cette note de synthèse présente en ce sens huit propositions destinées aux acteurs publics, privés et associatifs prenant part ou désireux de rejoindre le mouvement de cette communauté vibrante dont l’avenir nous concerne toutes et tous.

Cette note à été écrite par Benjamin Boutin, expert associé à l’Institut Prospective et Sécurité en Europe, expert invité au Centre d’études diplomatiques et internationales d’Haïti. Il a contribué aux ouvrages Les Secrets du droit (L’Harmattan, 2014) et Les Lois de la guerre (Institut universitaire Varenne, 2016), et il préside l’association francophonie sans frontières.