Les systèmes politiques, économiques et sociaux doivent surmonter les défis considérables liés à la pandémie du Covid-19. Cette crise sanitaire vient bouleverser nos vies et notre rapport aux autres ; elle affecte nos émotions, nos comportements, nos plans de vie. Dans ce contexte, l’étude de l’opinion publique, des représentations collectives et des attitudes permet de guider l’action publique et de nourrir les débats. C’est également une manière de contribuer à la mémoire d’un événement sans précédent. C’est pourquoi la Fondation pour l’innovation politique est partie prenante du programme international de recherche nommé « Citizens’ Attitudes Towards Covid-19 ». Cette recherche prend la forme d’une série d’enquêtes d’opinion administrées par l’institut Ipsos, à intervalles réguliers, dans vingt pays. Le consortium de partenaires est composé de l’Agence nationale de la recherche (ANR), de l’Agence française de développement (AFD), du Cerdi-CNRS, de la Banque mondiale, du Cevipof (CNRS, Science Po), de France Stratégie, de l’IAST (Toulouse School of Economics, université de Toulouse), de la Hanover Universität, de la Harvard Business School, de l’université de Montréal, de la McGill University, de l’Università Bocconi, de l’European University Institute et de l’University of York.

Ce programme vise à fournir un suivi inédit de l’opinion publique dans le contexte de la crise du Covid-19 : sentiments éprouvés, rapport à la sécurité sanitaire, acceptation ou lassitude face aux dispositifs de protection mis en place ou aux recommandations de santé publique, etc. Ces enquêtes doivent permettre, d’une part, une meilleure compréhension de la façon dont les différents publics s’adaptent psychologiquement aux mesures de distanciation sociale et, d’autre part, une meilleure appréhension du consentement par rapport aux mesures mises en place.

La présente contribution s’intéresse particulièrement aux données relatives aux émotions déclarées par les Français entre les mois de mars et mai 2020, dans une perspective comparative entre douze régions. Les niveaux des émotions sont mesurés à partir des réponses à la question : « Quand vous pensez à la situation liée au coronavirus (Covid-19) en France, vous éprouvez… (sur une échelle de 0 à 10) » déclinée pour trois émotions : « de la peur », « de l’espoir » et « de la colère ». Pour un individu donné, une émotion est considérée éprouvée lorsque sa réponse se situe entre 7 et 10 sur cette échelle (soit « oui »). Le niveau d’émotion correspond au pourcentage de personnes éprouvant cette émotion. Une question distincte est posée pour chacune des émotions précitées : chaque répondant indique ainsi consécutivement dans quelle mesure il ressent de la peur, dans quelle mesure il ressent de l’espoir et dans quelle mesure il ressent de la colère.